BAR-LE-DUC – Imprimerie Saint-Paul
Cliquez sur la photo
LISLE-EN-RIGAULT – Jean-d’Heurs
Cliquez sur la photo
TRONVILLE-EN-BARROIS – Rhovyl
Cliquez sur la photo
Le travail de recensement des friches conduit par l’EPFL dans le département de la Meuse a été présenté officiellement le 12 juillet 2017. Après la Moselle et les Vosges, la Meuse dispose dorénavant d’un dispositif identifiant des sites à l’abandon pour mieux en évaluer le potentiel de reconversion et aider les collectivités à bâtir des projets.
L’idée d’un observatoire des friches est née dans les Vosges centrales en 2011. Elle a ensuite été confortée par un partenariat qui a été mis en place sur le département de la Moselle en 2013. Dans son Programme Pluriannuel d’Intervention 2015-2019, l’EPFL a inscrit l’objectif de créer et animer un observatoire des friches à l’échelle de toute la Lorraine conformément au souhait de l’Etat. Les friches représentent un potentiel de développement pour le territoire et leur réutilisation répond à la volonté de l’EPFL de privilégier les interventions sur des espaces anciennement urbanisés. En septembre 2016, l’observatoire des friches couvrait à la fois la Moselle et tout le département des Vosges.
En Meuse, les friches industrielles, militaires, ferroviaires, administratives, touristiques et commerciales ainsi que les exploitations agricoles désaffectées situées au cœur de bourg ont fait l’objet d’un travail de recensement qui a démarré en mai 2016. Il s’est achevé environ un an après suite à un travail minutieux de croisement de données et de fiabilisation par les acteurs locaux. Sur les 25 EPCI que compte la Meuse, 20 ont participé à l’exercice. Certains d’entre eux se sont appuyés sur les communes les constituant. Le conseil départemental de la Meuse et le conseil régional du Grand Est ont participé financièrement à la démarche. Ils ont également fait partie des comités techniques aux côtés de l’EPFL et des services de l’Etat.
Un total de 97 friches a été dénombré couvrant presque 150 hectares. Environ 72 hectares se situent dans une zone au sud du département entre Bar-le-Duc, Commercy et Montiers-sur-Saulx et 25% au nord du département, à Stenay et environs. Le niveau d’accessibilité est inférieur à cinq kilomètres d’une gare ou d’un grand axe pour 41 friches ; pour les autres ce niveau est supérieur à cinq kilomètres. La dureté foncière, correspondant à l’analyse du morcellement, est généralement faible.
L’observatoire des friches en Meuse, comme dans les autres départements, permet une connaissance dynamique et partagée qui encourage l’action en termes de requalification, de reconstruction et d’études urbaines. Les ateliers organisés le 21 juin 2017 sur les friches à Tronville-en-Barrois, Bar-le-Duc, Trémont-sur-Saulx, Lisle-en-Rigault et Montiers-sur-Saulx constituent une première approche en la matière ou confortent celles qui avaient été menées précédemment. En confrontant la théorie et la réalité du terrain, ces ateliers sont l’occasion d’enrichir qualitativement la démarche.
Dans l’objectif de faire vivre l’observatoire, l’EPFL a prévu de mener une campagne de sensibilisation auprès des collectivités pour actualiser régulièrement le recensement.
Par ailleurs, la dynamique a été engagée en Meurthe-et-Moselle. Début 2018, l’observatoire devrait couvrir les quatre départements lorrains.
MONTIERS-SUR-SAULX – Ecurey
Cliquez sur la photo
TREMONT-SUR-SAULX – Hoppecke
Cliquez sur la photo