Photos du site “Avant/Après”
Cliquez sur la photo
L’intervention de l’EPFL à Villey-Saint-Etienne remonte aux origines de l’Établissement Public Foncier. L’établissement a géré dès 1976 au nom et pour le compte de l’État plusieurs centaines d’hectares au nord de Metz et à l’ouest de Nancy. Il s’agissait d’assurer le développement économique de la métropole lorraine par la constitution de réserves foncières. Une partie de ce patrimoine jugée inutile a été rachetée par l’EPFL en 2010 au sein du centre-relais de Gondreville. La ferme du Mordant en faisait partie.
À sa création, l’EPFL a été missionné pour procéder à des acquisitions complémentaires sur les secteurs d’utilité publique au nom et pour le compte de l’État au nord de Metz et à l’ouest de Nancy. Au début des années quatre-vingt, 721 hectares ont ainsi été acquis : 389 hectares directement par l’État et 332 hectares par l’établissement public. Progressivement, ces biens, tous gérés par l’EPFL, ont permis l’implantation d’activités industrielles, commerciales, de quartiers d’habitat et d’équipements publics.
Prenant en compte l’intérêt de simplifier et de conforter la maîtrise foncière engagée dans ces secteurs, l’EPFL a décidé d’acquérir en partie les terrains appartenant à l’État, en Moselle (centre-relais de Semécourt) et en Meurthe-et-Moselle (centre-relais de Gondreville et pôle industriel de Toul). Cette décision a nécessité la saisine de l’État et des DDT pour une confirmation de la cessibilité de ces biens et le cas échéant, de l’intérêt de réserver des emprises à des projets publics. La réalisation d’arpentages et la saisine de France Domaine ont également été nécessaires.
Dans ce contexte, le 23 décembre 2010, l’EPFL a fait l’acquisition de la ferme du Mordant à Villey-Saint-Etienne. Le bâtiment et les terrains agricoles attenants ont été loués en vertu d’une convention précaire d’occupation jusqu’en 2011. Suite à un incendie, les dépendances de la ferme ont dû être démolies en janvier 2016. Depuis, plusieurs intrusions et dépôts de déchets ont été constatés. Le bâtiment, dans un état de dégradation avancé, constitue un véritable danger pour les personnes s’y aventurant. Sa déconstruction a donc été actée pour garantir une parfaite et durable sécurité des lieux. Le retour à l’état naturel du site est apparu comme une évidence au regard de sa localisation très isolée.
En septembre 2017, la présence de plusieurs nids d’hirondelles rustiques a été constatée au sein de la ferme. Dans le cadre de mesures de compensation, des bâtiments de report ont été identifiés dans le bourg de la commune. Une trentaine de nids artificiels ont été mis en place début 2018 suite à une action pédagogique menée auprès d’enfants de l’école primaire de Villey-Saint-Etienne. Les travaux de démolition ont été réalisés en période hivernale respectant ainsi la migration des hirondelles.
Nids à hirondelles
Cliquez sur la photo